Man of Tai Chi
Man of Tai Chi

Synopsis

Parce qu'il a expressement besoin d'argent, Tiger, un jeune combattant adepte du tai chi, participe à des combats de free fights pour un énigmatique et apparemment dangereux homme d'affaires, Donaka Mark...

Ma Critique

Note : 14/20

On savait Keanu Reeves fanatique d'arts martiaux depuis son entraînement sur le tournage de Matrix. Aussi décide-t-il, au bout de presque trente ans de carrière, de réaliser enfin son premier long-métrage. Et il va bien entendu se pencher sur un film d'action louant ici l'efficacité du tai-chi-chuan, cet art martial reposant plus sur un entretien du corps et de l'esprit que sur la violence. Et si certains acteurs devenus réalisateurs ont vu grand en réalisant pour la plupart des drames, Keanu Reeves préfère s'intéresser à ce qui le branche concrètement et c'est tout bonnement le film de baston...



Nous suivons donc Tiger (Tiger Hu Chen), un apprenti adepte du tai chi qui va être repéré par Donaka Mark (Keanu Reeves), un homme d'affaires scrupuleux qui organise des combats à mort pour les beaux yeux de spectateurs richards. Agrémenté d'une intrigue de mauvais thriller quasi-nanardesque, le scénario arrive pourtant à ses fins et à ne jamais trop paraître ridicule. Car si cette histoire lorgnant autant du côté de Bloodsport que d'Opération Dragon peut sembler ringarde à première vue, elle met au contraire en avant une philosophie intacte : le tai chi n'est pas fait pour se battre même si l'on en est capable, le tai chi est avant tout un contrôle. Et ce contrôle, Tiger va peu à peu le perdre pour devenir une machine à éclater autrui, prenant de plus en plus de plaisir à combattre ses adversaires, oubliant ainsi les enseignements de son maître.

Man of Tai Chi est donc un film finalement intelligent qui ne prend le spectateur pour un demeuré contrairement à ce qu'il peut laisser paraître. Keanu Reeves ne livre pas un film bête et méchant, il livre un film testostéroné empruntant autant aux idéaux filmiques de Bruce Lee qu'aux polars d'action hong kongais. Côté interprétation, c'est pas glorieux mais le novice Tiger Chen s'en sort agréablement bien tandis que l'acteur/réalisateur campe un personnage machiavélique restant dans l'ombre pendant tout le film jusqu'à un combat final des plus surprenants. On regrettera cependant un esthétique assez simplissime (pas de grosse surprise visuelle) et des combats parfois mal cadrés, notamment lors des gros plans. Toutefois et dans l'ensemble, ce premier effort est une réussite qui démontre bel et bien l'intérêt profond qu'éprouve ce cher Neo au cinéma d'action chinois.


Votre note

Votre avis